La patuline et la contamination du fruit

LIBIOS vous propose différents outils et consommables de haute qualité pour le dosage de la patuline, utilisés par les laboratoires d’analyses, les industriels et la recherche.

La patuline tire son nom du champignon dont elle a été isolée en premier lieu : Penicillium patulum. Il existe d’autres souches connues de Penicillium et d’Aspergillus qui sont capables de produire de la patuline comme P. crustosum, P. expansum (le plus important du point de vue sanitaire et économique), P. roqueforti, etc…

La patuline, génératrice de mycotoxines :
Ces champignons sont connus pour produire d’autres mycotoxines comme la citrinine, l’acide cyclopiazonique, l’ochratoxine A, la roquefortine C, … 
La patuline est principalement retrouvée sur des fruits endommagés et en décomposition, très souvent dans les pommes lorsqu’elles sont atteintes de « pourriture brune », mais aussi dans les poires, les pêches, les raisins, les abricots, les olives et les jus de fruits peu acides.

La patuline est peu présente sur les pommes sans moisissures et les fruits qui ne sont pas abîmés. P. expansum est présent sur les fruits sains mais il ne produit des quantités significatives de patuline qu’en se développant sous forme de nécrose en disque sur le fruit.

Note : elle peut toutefois être retrouvée dans des produits d’ensilage.

Effets de la patuline sur le corps humain :

La patuline est reconnue pour provoquer des désordres gastro-intestinaux avec ulcérations, distensions et hémorragies, voire des perturbations de la fonction rénale, à plus forte dose. 
La patuline pure, de formule brute C7H6O4, est une lactone insaturée, de faible masse molaire (154 g/mol).


Consulter la législation européenne sur les mycotoxines

Consulter la législation internationale selon les zones géographiques et les mycotoxines


14 ans

De savoir-faire
et d’expertise

Écoute & réactivité

Accompagnement
personnalisé

Présence

En France et
à l’export

Fiabilité

Contrôle qualité
dans nos locaux